La location sans permis, c’est la location avec chauffeur!

Pour découvrir la Tunisie en toutes liberté voici le programme de L´expert Rentacar du nord au sud avec un chauffeur à votre disposition pour l’excursion de votre choix.

Excursion 1

Tunis - Carthage - Sidi Bou Said

Carthage était une ville réputée dans la période antique. Aujourd'hui, elle est devenu un lieu touristique et expose à ses visiteurs les vestiges de son glorieux passé. Fondée au IXème siècle av JC, Carthage domine la Méditerranée occidentale au IVème siècle av JC avec la conquête de la péninsule ibérique ainsi que de la Sicile. Se rapprochant des terres romaines, elle menace l'empire de Rome et finit par être détruite lors des guerres puniques, un siècle plus tard. Les Romains la reconstruisent par la suite, mais sa survie tient essentiellement à sa domination par l'empire byzantin, auquel Carthage donne plusieurs empereurs.


Aujourd'hui, c'est une ville paisible et fière de son passé, exposant ses monuments antiques aux touristes. Son site archéologique présente de très beaux édifices, avec des pierres tannées par le soleil. Vous pourrez voir un théâtre, les vestiges d'un amphithéâtre, mais aussi vous promener dans le quartier punique. Termes et villas romaines sont à visiter absolument. Sans vous en rendre compte, vous avez pris place à bord d'une machine à remonter le temps, et vous plongez dans une civilisation à découvrir absolument. Si vous désirez améliorer vos connaissances sur cette période féconde, franchissez la porte du musée national d'archéologie de Carthage.

Mais cette petite ville d'Afrique du Nord possède aussi des trésors architecturaux datant de l'époque médiévale. Ainsi, la cathédrale Saint Louis, aujourd'hui désaffectée, reçoit de nombreux visiteurs amateurs d'art byzantino-mauresque. Elle accueille aussi des concerts de musique tunisienne. Chic et aisément accessible, elle est devenue la banlieue de Tunis. Luxueuse, située en bord de mer, elle offre tout le confort d'une station thermale pour qui veut éviter les spots habituels de Tunisie.

Excursion 2

Kairouan - Sousse - Monastir


Kairouan

Kairouan est une ville connue de tous les musulmans, du fait de sa mosquée. Cependant, elle est de plus en plus visitée par les touristes, et la ville est même classée à l'UNESCO. Située dans les terres de Tunisie, à l'Est du pays, Kairouan a été protégée des assauts des différents pays du pourtour méditerranéen. Elle se situe en effet dans la partie orientale de l'Atlas, cette chaine de montagne nord-africaine. Par conséquent, elle est située dans une région sèche, et n'est alimentée en eaux que par les oueds et les barrages construits en amont. On comprend donc qu'elle n'offrait que très peu d'attraits pour les envahisseurs.


Durant les 7ème et 8ème siècles, elle est appelée à jouer un rôle dans la religion. Elle est en effet considérée comme une base militaire destinée à défendre les positions acquises au nom du Djihâd, les guerres saintes islamiques.

Cependant, Kairouan, obtient définitivement sa réputation de ville religieuse avec la construction de sa très célèbre mosquée. C'est la plus grande du Maghreb, et elle a servi de modèle à d'autres édifices islamiques. Ne vous laissez pas dérouter par les allures de forteresse de l'édifice, et franchissez-le en toute confiance. Vous ne serez pas déçu par les petites colonnes, les faïences et autres manifestations de l'art islamique.

Depuis lors, 300 autres mosquées sont sorties de terre dans la ville, ce qui propulse Kairouan comme la quatrième ville sainte islamique, derrière la Mecque, Médine et Jérusalem. Outre les mosquées, vous pourrez visiter le bassin des Aghlabites, un système d'irrigation original, qui a permis à Kairouan de se développer tout à son aise. De même, jetez un œil au puits Bir Barrouta, qui utilise une autre technique pour obtenir de l'eau relativement facilement. Enfin, la ville dispose bien évidemment de différents musées, dont le plus important est consacré aux tapis. Il existe par ailleurs un monument en forme de tapis, très original, que vous ne manquerez pas à votre arrivée dans la ville.

Sousse

Sur la côte orientale de la Tunisie, à moins de deux heures de voiture de capitale, la route qui mène à Sousse est plus qu'une simple voie de transit, elle constitue un véritable itinéraire de découverte offrant une succession de paysages aussi divers qu'attachants qui sont le reflet de la variété du pays lui-même :vignobles de Grombalia, vergers de Hammamet, cultures et oliveraies du Sahel, cette partie du littoral s'étendant du sud du golfe de Hammamet aux confins de la ville de Mahdia, sans oublier la mer et son cortège de stations Balnéaires rappelant l'éclatante réussite touristique de la Tunisie.

Troisième ville du pays, après Tunis et Sfax, Sousse, doit sa réputation de capitale incontestée de cette région à un certain nombre d'atouts:

Excursion 3

Hammamet - Nabeul - Haouaria (Le Cap Bon)


Hammamet

Aujourd'hui station balnéaire de renommée internationale accueillant dans ses somptueux hôtels plusieurs milliers de visiteurs venus de tous les coins du monde, Hammamet ne fut pas plus, il y a tout juste un quart de siècle, qu'une calme petite ville aux rues tortueuses aux robustes remparts du XV e siècle que renforce une citadelle (la kasbah), n'est les belles plages de sable fin étendues sur plusieurs kilomètres autour du golfe, le climat doux et les jardins planté d'orangers, mandariniers, citronniers qui font la renommée de tout le Cap Bon.


Aujourd'hui station balnéaire de renommée internationale accueillant dans ses somptueux hôtels plusieurs milliers de visiteurs venus de tous les coins du monde, Hammamet ne fut pas plus, il y a tout juste un quart de siècle, qu'une calme petite ville aux rues tortueuses aux robustes remparts du XV e siècle que renforce une citadelle (la kasbah), n'est les belles plages de sable fin étendues sur plusieurs kilomètres autour du golfe, le climat doux et les jardins planté d'orangers, mandariniers, citronniers qui font la renommée de tout le Cap Bon.

C'était en fait les premiers atouts touristiques de Hammamet auxquels étaient venus s'ajouter le Centre International de Hammamet institué dans les années 60 à l'intérieur de la somptueuse propriété construite dans les années 20 par le milliardaire Roumain, George Sébastien et acquise par l'état en 1959. En 1964 un théâtre en plein air fut ajouté à l'intérieur des jardins de la villa non loin de la plage et ce fut le point de départ d'un grand festival international le second après celui de Carthage. Enfin une série d'hôtel vit le jour tout au long des plages scellant à jamais le destin touristique de la cité que des célérités : artistes, écrivains, hommes politiques, grands milliardaires… ont connue et admirée depuis bien longtemps : certains ont acquis de petites maisons dans la médina les transformant à leur goût ; d'autres ont préféré construire à la campagne de somptueuses villas imitant le style noble et exquis de pure tradition arabo-musulmane de la ville Sébastien.

Nabeul

C'est assez tardivement, au XVIe siècle, que Nabeul s'initia à l'art de la terre cuite. Il semble que des potiers berbères de Guellala attirés par la bonne qualité des bancs d'argile du Cap Bon ainsi que par la richesse du sol et de la mer, y ont établi leurs ateliers. De ces origines jerbiennes les potiers actuels conservent le nom de Jraïbia et celui de leur ancien quartier Guelta. Ils ont également hérité les procédés de leurs ancêtres insulaires.Au XVIe siècle des réfugiés andalous se sont installés à leur tour faisant profiter l'industrie de la terrecuite des méthodes qui ont fait leur preuve dans leur pays d'origine.

La poterie traditionnelle des Nabeuliens resssemble à maints égards aux anciennes poteries aghlabides. On y retrouve, tout au moins, les couleurs habituelles comme le brun et le vert sur un fond vernissé en jaune. Les motifs, souvent rustiques et linéaires, sont dessinés en brun et rehaussés de tâches vertes. Certains objets, laissés sans décor, sant agrémentés d'un vif vernis marron foncé, vert ou jaune clair. Souvent deux vernis se juxtaposent l'un à l'intérieur, l'autre à l'extérieur du plat, ou bien une couleur à la partie supérieure et une autre à la partie inférieure de l'amphore. Nabeul est également connu pour ses faïences polychromes dont la ressemblance avec la céramique marocaine de Fés ne nous étonne point. Cette ressemblance s'explique tant par l'origine andolouse de plusieurs potiers Nabeuliens et Féssis, que par l'engouement des Tunisiens pour la belle faïence qui a fait, depuis longtemps, la renommée de Nabeul.

El Haouaria

El Haouaria est la ville tunisienne située à l'extrémité nord-est du cap Bon (entrée du golfe de Tunis). Rattachée administrativement au gouvernorat de Nabeul. Elle se situe à 120 kilomètres de Tunis et à 80 kilomètres de la Sicile.

Son emplacement géographique, son relief contrasté et son climat doux et tempéré en font un refuge de prédilection pour une multitude d'oiseaux migrateurs. Les Romains surnommeront d'ailleurs l'endroit Aquilaria ou «pays de l'aigle». Chaque printemps, 40 000 rapaces de 24 espèces différentes, mais aussi des milliers de cigognes et d'autres oiseaux plus petits, font halte à la pointe du cap avant leur traversée de la mer Méditerranée. C'est tout naturellement que les familles d'El Haouaria développent un art de la fauconnerie remontant à l'époque antique comme en témoignent certaines mosaïques exposées au Musée national du Bardo. Le savoir-faire en matière de dressage des rapaces, capturés au mois de mars, est transmis de génération en génération. L'Association des amis des animaux, créée en 1975, mène un efficace travail de sensibilisation de la population à la protection des oiseaux et plus spécialement des rapaces.

à trois kilomètres à l'ouest de la ville, les grottes artificielles du site de Ghar El Kebir ont été creusées par des prisonniers ou des esclaves sous l'autorité des Carthaginois puis des Romains. Les blocs de pierre qui en étaient extraits étaient acheminés par mer vers Carthage, de l'autre côté du golfe de Tunis. Ils servirent à l'édification de la cité punique et à la construction du Colisée de Rome[réf. nécessaire], mais également à la construction des forts de la médina de Tunis. Ces carrières souterraines sont exploitées pendant près de 1 000 ans. Elles sont constituées de latomies, immenses cavernes à demi-obscures creusées en forme de pyramide, auxquelles on accédait par une étroite ouverture supérieure et dont certaines communiquaient entre elles par d'étroits passages. Après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale et les effondrements naturels ultérieurs, la visite du site est maintenant possible par de plus larges ouvertures latérales.